Féerie pour les ténèbres : Livre 1



[EPUB] ✸ Féerie pour les ténèbres : Livre 1 Author Jérôme Noirez – E17streets4all.co.uk Popular Ebook, Féerie pour les ténèbres : Livre 1 Author Jérôme Noirez This is very good and becomes the main topic to read, the readers are very takjup and always take inspiration from the conte Popular Ebook, Féerie pour les les ténèbres Epub Þ ténèbres : Livre Author Jérôme Noirez This is very good and becomes the main topic to read, the readers are very takjup and always take inspiration from the contents of the book Féerie pour les ténèbres : Livre , essay by Jérôme Noirez Is now on our website and you can download it by register what are you waiting for? Please read and make a refission for you.Féerie pour les ténèbres : Livre 1

Is a well known author, les ténèbres Epub Þ some of his books are a fascination for readers like in the Féerie pour les ténèbres : Livre book, this is one of the most wanted Jérôme Noirez author readers around the world.

Féerie pour les ténèbres : Livre 1 PDF/EPUB ✓
  • Broché
  • Féerie pour les ténèbres : Livre 1
  • Jérôme Noirez
  • 15 December 2018
  • 9782915653076

10 thoughts on “Féerie pour les ténèbres : Livre 1

  1. says:

    Sur la quatrième de couvertures de ce roman, on trouve des éloges comme

    « Un morceau de bravoure, tout simplement, dont l'envoûtante beauté et la douloureuse intelligence emportent de la première à la dernière ligne. Impressionnant. »

    Est-ce que je suis d'accord ?

    Avant de vous le dire, je vais essayer de vous résumer ce roman.
    Dans un monde où le bizarre le dispute à l'horrible, différents personnages vont, pour différentes raisons, aller tenter de mettre fin au sinistre sortilège lancé par un féeur mort, mais quand même vivant.
    Oui, l'intrigue de base est d'un rebattu absolument effarant. C'est donc pour ça que l'auteur a choisi de la cacher sous de multiples strates d'un décorum mélangeant le pire du romantisme noir à la plus étrange des critiques écologistes du monde moderne que j'ai vu depuis longtemps. Jugez plutôt. Le monde est découpé entre le dessus, la surface autrement dit, qui ressemble à un royaume médiéval faiblement dirigé par le roi charcutier (juste parce qu'il aime bien travailler la viande), et le dessous, hanté par des créatures issues des expériences d'amputation artistique d'un roi disparu depuis bien longtemps. Cette division est importante et utile dans le récit.
    Ce royaume souffre par ailleurs de résurgences de technole ... pardon, de Technole. La technole, ce sont tous les objets de notre quotidien à nous qui réapparaissent. On voit par exemple une gare s'incruster dans une cathédrale moyen-âgeuse, ou alors une ligne de chemin de fer sortir toute seule de terre, avec les trains déja dessus et prêts à rouler. OU encore des téléviseurs à tube cathodique qui diffusent leurs neiges dans toutes les maisons (parce qu'évidement, il y a de l'électricité qui court un peu partout, même si elle vient d'on ne sait où). Cette technole, en revanche, n'a à mon sens qu'un rôle esthétique douteux dans l'histoire : elle ne sert qu'à mettre e place une ambiance étrange, remplie de courtisans typées XVIIème sortant de voitures, ou de gardes en armures équipés de mitrailleuses. Tiens, curieusement, ça me fait penser à la guerre des familles de Charles Stross qui nous montre les mêmes artefacts, mais dans un contexte très différent ... Et bien plus utile, je trouve.
    Bien, il y a donc cette Technole, ce monde du dessus, et ce monde du dessous rempli, lui, de demi-amputés et autres hommes aux membres largement surnuméraires (mais qui est lui aussi infecté de technole).
    Malheureusement, ça n'est pas tout.
    Comme je l'ai dit plus haut, il y a aussi des féeurs, des espèces de magiciens capables de produire des larves qui sont l'incarnation de leurs sortilèges.
    Et puis il y a encore d'autres choses ...
    Comme ça fait longtemps que je n'ai pas utilisé cette métaphore, je vais la ressortir. Lire ce livre a été pour moi une épreuve. Parce qu'il était un peu comme le tableau présenté dans le chef-d'oeuvre inachevé, cette vieille nouvelle où un artiste s'échine à poser de la peinture sur sa toile pour produire une oeuvre débordant de matière et absolument irregardable, sauf un pied absolument charmant qui dépasse de la croûte. Ici, sous l'accumulation d'horreurs à peine supportables, quelques éléments assez chouettes surnagent. Comme le monstrueux tapis humain qui, malgré son horreur, produit une impression curieusement satisfaisante. Ou certains personnages (la femme est absolument parfaite, en authentique jouisseuse).
    Cependant, ça suffit pas à sauver ce roman, et pour une raison bien simple : j'ai manqué m'endormir à chaque fois que je lisais ce roman, parce que le style me rappelait une choucroute au cassoulet : bien trop lourd pour être digeste.
    Et je ne dis pas ça pour être méchant. Après tout, ça a au moins dû séduire un éditeur ... Mais sur moi, l'effet a été radical : à chaque lecture, j'avais ml'impression de devoir digérer un plat bien trop lourd.

    Et hélas, je dois dire que les nouvelles ajoutées dans cette édition augmentée n'ajoutent pas grand chose, puisqu'elles se contentent toutes d'illuminer différents aspects de cet univers d'une noirceur absolument inimaginable.

  2. says:

    C'est bon, ça rappelle China Miéville avec un côté grotesque en plus. Le premier chapitre rebute un peu (tiens, comme Perdido !) mais ensuite c'est vraiment bien, inventif et plutôt bien écrit (style travaillé, recherche évidente de vocabulaire. J'attends la suite maintenant. Vais ptet' même me faire l'intégrale au Belial.
    Monsieur Noirez, vous m'avez encore bluffé !

  3. says:

    très bien écrit, un univers unique, des personnages attachants

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *